Vous êtes ici : Accueil FRActualitésSéminaires & colloques

séminaire du Céditec - séance du vendredi 13 mai 2005, 14h30

Publié le 24 janvier 2010 Mis à jour le 24 janvier 2010

attention : salle = salle 343 du bâtiment I, au CMC, qui est le site principal de l'Université Paris 12 (métro Créteil Université)

 

Socio-anthropologie du discours médiatique

coordinatrice de la séance : Caroline Ollivier-Yaniv

intervenants : Jacques Siracusa, Alice Krieg-Planque, Pina Lalli

 

Objet du séminaire :

En tant qu'objets macro-sociaux, les médias de masse participent à la production et à la circulation des discours dans la sphère publique.

Ce séminaire vise à questionner les phénomènes de circulation sociale de l'information et de coproduction du sens à partir des médias de masse et du discours médiatique en particulier. Pour ce faire, on fera en sorte de mettre en résonance le discours médiatique (analyse du discours médiatique), les acteurs qui le produisent (sociologie du journalisme ou des médias) et ceux qui en sont les publics (anthropologie des médias).

On aimerait ici permettre une redéfinition réciproque du discours médiatique du point de vue de l'analyse du discours et d'un point de vue socio-anthropologique.

De manière plus générale, il s'agit aussi de montrer comment des approches internes et des approches externes ne sont pas nécessairement alternatives et même, que leur conjonction ou leur intégration - en une socio-anthropologie du discours médiatique - est plus fertile que l'utilisation d'une seule d'entre elles.

On tentera ainsi d'explorer quelques-uns des points suivants :

- le discours médiatique comme écrit au travail ;

- pratiques professionnelles de reprise et de reformulation ;

- discours médiatique et construction de publics ;

- élaboration d'une mémoire des événements ;

- phénomènes de coproduction du sens et de l'information...

Enfin on pourra essayer de s'interroger, au travers d'une discussion collective, sur l'éventuelle complémentarité de catégories d'analyse utilisées dans ces différents champs disciplinaires : par exemple, discours rapporté et relations d'interdépendance professionnelles et sociologie des sources.

 

Programme :

Introduction de Caroline OLLIVIER-YANIV (MCF en sciences de l'information et de la communication, Université Paris 12, CEDITEC) : Interroger le discours des médias et sa circulation : pour un commerce équitable entre sociologie et analyse du discours.

 

• Jacques Siracusa (maître de conférences en sociologie à l'Université Paris 8 - Saint-Denis) :

Une analyse sociologique des reportages télévisés. Mon objectif est de mettre en évidence quelques dimensions sociologiques du problème de la signification des extraits d'interview dans les reportages télévisés. Lorsqu'un reporter nous présente un extrait d'interview, comment lui-même et les téléspectateurs sont-ils justifiés à croire que c'est ce que voulait dire l'interviewé ? Selon les circonstances, le cadre auquel se rapporte la déclaration diffusée est plus ou moins concordant avec celui qui déterminait le sens initial de cette déclaration. Il me semble que la nature de ce rapport dépend en partie des conditions gouvernant l'activité et des manières de faire des journalistes, c'est-à-dire d'éléments imperceptibles dans le sujet diffusé. L'analyse de contenu et l'analyse de discours peuvent éventuellement utiliser cette approche pour éviter deux types de confusions : d'une part, créer des distinctions superflues, là où il n'existe pas de critère collectivement partagé et où l'indétermination est inhérente au traitement ; d'autre part, négliger des distinctions reposant justement sur ces critères.

 

• Alice Krieg-Planque (maître de conférences en sciences de l'information et de la communication à l'Université Paris 12 - Céditec) :

Pratiques journalistiques observables en discours : ce que le discours de presse sur les guerres yougoslaves dit du travail des journalistes. Les discours peuvent être un lieu d'observation des pratiques qui ont contribué à les produire. Telle est la thèse que nous proposerons ici à la discussion, en nous appuyant sur un corpus d'articles de presse écrite des années 1980-1995. Au cours de l'analyse, certaines des pratiques et des normes de la profession journalistique apparaissent comme des "observables en discours" (rapports aux sources d'information et de parole, division du travail dans les rédactions, normes d'écriture...). Des conclusions de cette étude peuvent mener à un questionnement épistémologique sur les objets et méthodes de l'analyse du discours.

 

• Pina Lalli (professeure en sociologie de la communication à l'Université de Bologne, Italie) :

Le destin de l'information : le discours médiatique sur la guerre au Kosovo au travers de sa réception et de ses effets sociaux (Italie, 2002). Qu'en est-il de l'information médiatique dans les représentations sociales que nous pouvons reconstruire à partir des "souvenirs" des événements ? Quelles sont les combinaisons d'arguments retenus comme pertinents, d'images objectivantes reconstruites au travers des médias, de variables regroupant les sujets selon les stratifications sociales, culturelles et politiques, les significations élaborées en partageant opinions et informations successives ? Telles sont les questions qui ont inspiré une recherche réalisée en Italie en 2001-2002 (au moyen d'entretiens et de questionnaires) concernant les "représentations à distance" de l'intervention armée de l'Otan au Kosovo en 1999. Au cours de l'exposition et de la discussion des principaux résultats de cette étude, on remarque la possibilité de dresser une typologie de réception et d'effets "à moyen terme" de l'information, compte tenu des ancrages et des objectivations élaborées par les acteurs sociaux à partir des cadres présentés par les médias, comme de l'intérêt pratique sollicité. Cela nous amène aussi à considérer les différentes positions d'accès aux différents médias, et donc aussi à imaginer une sorte d'échelle possible entre un rôle soit de "spectateur", soit de "citoyen" plus ou moins concerné par l'information elle-même.