Vous êtes ici : Accueil FRActualitésSéminaires & colloques

séminaire du Céditec - séance du vendredi 6 janvier 2006

Publié le 24 janvier 2010 Mis à jour le 24 janvier 2010
Traitements automatisés des discours politiques. Objets nouveaux, nouvelles méthodes

coordinateur de la séance : Pierre Fiala

propos :

Les controverses politiques à caractère lexico-sémantique, sur fond de statistiques lexicales, connaissent actuellement une forte croissance médiatique, en nombre et en intensité, au point qu’on peut se demander si leur rôle n’est pas en train de devenir complémentaire à celui des sondages d’opinion dans la structuration de l’espace public.

D’où l’intérêt, entre autres, de faire le point sur les progrès des méthodes informatisées, quantitatives ou non, dont les chercheurs disposent pour évaluer, objectiver, et rendre visibles les contenus et les propriétés formelles ou sémantiques de diverses données discursives, notamment socio-politiques.

On se demandera en particulier si les principes qui ont présidé au développement des méthodes lexicométriques restent valables pour aborder de nouvelles problématiques, données multilingues, corpus oraux.

Un numéro de la revue Corpus est en cours de parution sur ces questions.

 

 

matin (10h-12h30) : Traitement automatisés de données multilingues

Pierre Fiala (CEDITEC, Paris 12) : Présentation : Des premières analyses de données textuelles aux outils actuels d'analyse sémantiques ou thématique : usage et fiabilité des résultats.

Maria Zimina, Serge Fleury (SYLEX Paris 3) : Alignements et autres types de parallélismes dans les corpus

Fabienne Pierre (CEDITEC, Paris 12) : Les territoires discursifs dans le débat sur le développement durable à Johannesburg (2002)

 

après-midi (14h30-17h) : Méthodologies comparées

Jean-Marie Viprey, Philippe Schepens (LASELDI, Besançon) : Approches topographiques des corpus.

Valérie Beaudouin (Département de Recherche, France Télécom) : Le métromètre analyseur de vers, analyseur de rythmes ?

Jean-Marc Leblanc (CEDITEC, Paris 12), William Martinez (SYLEX, Paris 3) : L'analyse contrastive des réseaux de cooccurrences.